Patrice Faubert

Le travail de la misère

La Terre devenant boule de feu
Vers 2600, disparaître, à qui mieux mieux
De toutes façons, tout participe du vain
Du tout sisyphéen, on le sait bien
Ainsi, de toute écriture, de tout plat
Avec ou sans lectorat
De la matrice, de la mère
Tout y est toujours vernaculaire
Tout y est comme de l'eau claire
Quand tout semble sans vrai début
Quand tout semble sans vraie fin
Tout, sans cesse, nous prenant en défaut
De ce tout, nous sommes la sotte et le sot
Des virus
Dont l'on ne connaît que un pour cent
Et au tout dernier niveau d'organisation, zéro pour cent
Des minus
De tous les niveaux organisés, et l'englobant
Et sur tout et en tout, l'adoubant
Ainsi
Nous nous écrivons
Nous nous fabriquons
Nous nous écoutons
Nous nous taisons
Nous nous enrichissons
Nous nous appauvrissons
Nous nous maltraitons
Nous nous jouissons
Nous nous torturons
Nous nous pleurons
Ceci ou cela nous nous faisons
D'hier, d'aujourd'hui, de demain !
Nous nous gâchons, surtout
Nous nous querellons, surtout
Peu ou prou, polémisme, coucou
Cinq millions
De passoires thermiques en France
Du bas coût de certaines constructions
Délaissement de la pauvreté en occurrence
Du prétendu intellectuel
Du travailleur du ciboulot
Du prétendu manuel
Qui travaillerait des biscoteaux
Car sans un cerveau
Tout serait en défaut
Système nerveux procédant de tout apprentissage
Dedans, les gènes en métissage
Mais très volages
Les gènes ne servant à rien
Pour le piano ou le violon, le football, la physique
Pour la cuisine, les arts, les langues, les mathématiques
Cela n'est ni mal, ni bien
Tout s'apprenant
Et selon sa classe sociale, s'y engrammant
Les gènes, c'est le physique, certaines maladies, les yeux bleus, la taille
Et encore, l'environnement y fait les détails
Toute tyrannie tendant à faire croire
Que tout caractère est donné à la naissance
Et qu'ainsi, rien ne peut jamais changer, mauvais vin à boire
Plus que honteux
Plus que scandaleux
C'est l'erreur contenant toutes les horreurs
De l'environnement, tout gène en est la peur
De toute idiosyncrasie et de son milieu culturel et social !
Et en généralisant un concept célinien
D'ouvrier des lettres, laissant sur sa faim
Ouvrier du cinéma
Ouvrier de ceci ou ouvrier de cela
Ouvrier des arts
Ouvrier du sport
Ouvrier de la science
Ouvrier de la technologie
Ouvrier de l'informatique
Ouvrier de bureau
Ouvrier d'usine
Ou ouvrière, de ceci, de cela, rien, je ne débine
Mais avec différentes pénibilités, que tout turbine
Etc. Du fini et de l'infini
Finalement, modus operandi
Sentience
Le travail de la misère
La misère en plein travail
Avec toute son organisation capitalisée en éventail
Du tout luxueux au tout précaire
Le soldat, lui, est un militaire
De tout ouvrier ou ouvrière, est son contraire
De l'armée de toute occupation
Du fascisme gouvernemental juif, à Hébron
Dans le quotidien des exactions
Assassinats, séparations, expropriations, tractations
D'une résistance l'autre, d'une nation, d'une région
Belfort
Ville française qui résista 103 jours aux prussiens
1870/1871, mais sans succès aussi, à sa future désindustrialisation
La guerre en entreprise de la désillusion
Cela rapporte de l'argent, la démolition
Entrepreneurs, techniciens, ingénieurs, ouvriers, en destruction
Femmes ou hommes, et selon les conditions
Quand les vrais ingénieurs des sols, indispensables vers de terre
Cent cinquante espèces en France
Dix mille  dans le monde
Du tout pacifique, du tout hermaphrodite
Vrais prix Nobel de la paix, tous déchus de leur mérite !
 
Patrice Faubert ( 2023 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur ( http://www.hiway-glk.fr/ )

Toutes les droites appartiennent à son auteur Il a été publié sur e-Stories.org par la demande de Patrice Faubert.
Publié sur e-Stories.org sur 25.05.2023.

 
 

Commentaires de nos lecteurs (0)


Su opinión

Nos auteurs et e-Stories.org voudraient entendre ton avis! Mais tu dois commenter la nouvelle ou la poème et ne pas insulter nos auteurs personnellement!

Choisissez svp

Contribution antérieure Prochain article

Plus dans cette catégorie "Politique & Société" (Poèmes en français)

Other works from Patrice Faubert

Cet article t'a plu ? Alors regarde aussi les suivants :

Paraphysique du disruptif mortifère - Patrice Faubert (Politique & Société)
A new day - Adalbert Nagele (Quotitien)