Anna-Helena Kummerli

L’HISTOIRE D’UNE PASSION /Bryce Canyon etc....

Bryce Canyon et Cedar Breaks

Après ça, il y a Bryce! Quand je parle de Bryce, il y a une sorte d’émotion qui me noue la gorge. Bryce, c’est le rêve, l’imagination, la douceur. Déjà l’entrée à Bryce, en venant de Hatch, est absolument incroyable. Les Red-Rocks! On arrive et on a de la peine à y croire. Quand je suis arrivée la première fois, il y avait un peu neige. Résultat: le ciel bleu - les pins et junipers vert - les rochers rouges et roses et le blanc de la neige. Féerique! Je conseille à tout le monde d’aller un jour à Bryce avec de la neige, car c’est encore plus intense. Ma sœur Thea a eu une chance formidable pendant un mois de juin. Nous avions marché à Bryce toute la journée en short et t-shirt et le soir nous sommes rentrées tôt à l’hôtel, car un orage éclatait et dans ces régions, je préfère être à l’intérieur pendant un orage. Dans la soirée, elle devait chercher quelque chose dans la voiture et ouvre la porte, en disant: il neige! Moi je réponds, oui oui, il neige....elle insiste: il neige vraiment! Bon d’accord, je lui réponds.....elle insiste....je te jure qu’il neige! C’était vrai et le lendemain matin, nous devions enlever 20 cm de neige sur la voiture. Nous étions de nouveau en short, car le ciel bleu était revenu. Alors en retournant au “Bryce Point”, Thea a dit: c’est encore plus beau avec la neige! Il y a de tels changements de températures dans ce coin et il ne faut jamais oublier que nous nous trouvons entre 2500 et 2900 mètres. J’ai vu Bryce par tout les temps: du soleil - de la neige - de la glace - de la grêle - de la pluie - du brouillard, mais......c’est toujours beau!

La première fois que je m’y trouvais, il devait bien faire -10C et le matin, la Pontiac de Carmen ne voulait pas démarrer. Grâce à un voisin du motel tout à fait charmant, qui nous a dépanné, nous sommes parties à la découverte de cette merveille du monde. Nous avons commencé tout au bout, mais en nous arrêtant quand-même au “Natural Bridge” et à “Agua-Point”. On ne peut pas passer sans jeter un coup d’œil, car c’est tout simplement inimaginable. J’aime beaucoup aller jusqu’au Rainbow- et Yovimpa-point et faire la petite promenade dans la forêt. Là, vous allez rencontrer les arbres les plus vieux du monde: les Bristle-Cone. Ils peuvent avoir entre 2000 et 3000 ans. Ils sont tortueux, mais majestueux. Si seulement ils pouvaient parler et nous raconter, ce qu’ils ont vu passer? Depuis le Bristle-Cone-Loop, il y a une vue, ou on peut voir à des centaines de kilomètres jusqu’à la Navajo-mountain, qui est pourtant si loin dans le pays des Navajo et que nous allons toujours, à un moment ou à un autre, retrouver sur notre route. Ensuite, en revenant sur nos pas, nous découvrons Bryce toujours plus. Les Hoodoos - les grottos - les pics - les châteaux - les citadelles endormies - des “acropoles” - des villes telle que “Saana” - des forts du moyen âge! Des roses, des rouges, des ocres, des beiges, des blancs et, toujours encore le vert des pins et junipers, qui réussissent, on ne sait comment, à s’accrocher, à trouver une poignée de terre sur ces parois. Pendant le fameux mois de juin avec ma sœur Thea, elle est descendue un bon bout à l’intérieur de Bryce, pendant que j’avançais la voiture à l’endroit, où elle devait remonter. Comme c’était une journée chaude (juste avant l’orage et la neige) et que Thea était partie sans eau, je suis descendue à sa rencontre, mais sans la rejoindre. A un certain endroit, avec de petites pierres, j’ai marqué son nom, en laissant une bouteille d’eau à côté....et je remontais tranquillement, tout en profitant du paysage. J’ai rencontré un couple en route et je leur demandais de ne pas toucher la bouteille d’eau, car elle était pour ma sœur. Une demi-heure plus tard, je vois apparaitre Thea qui montait presque au pas de course. Les personnes rencontrées sur le chemin lui avait dit que je commençais à m’impatienter et qu’il fallait mettre une 4ème vitesse, ce qui n’était absolument pas vrai, mais ils lui avaient laissé la bouteille!!!

A chacune de mes visites, je ne rate jamais une occasion, de faire une promenade à l’intérieur du canyon. Si vous avez la chance de vous y trouver, prenez le temps d’entrer dans l’univers féerique des rochers de dentelles. Le canyon change, on fait parti de lui, on le sent respirer et vivre. De descendre à pic, depuis le Sunset-point, en passant le Thor’s hammer, d’arriver dans la vallée et de se promener vers le “Jardin des Reines”, avant de remonter vers le Sunrise-point, peut être un moment inoubliable. Si vous avez envie d’explorer plus, faites le “peek-a-boo-loop” ou le trail “sous le rim”. Ce sont des promenades plus longues, mais si enrichissantes et qui resterons gravées dans votre mémoire. D’avoir la chance de se trouver à Bryce-, Inspiration-, Sunset ou Sunrise-Point peuvent être des moments forts de votre vie et nous devons remercier le ciel de nous donner tant de beauté et la chance de pouvoir les voir.

 

Si vous avez été touché (mais le contraire serait difficile) par Bryce, il faut aussi aller de l’autre côté de la vallée, à la découverte de Cedar-Breaks. Alors que Bryce canyon est appelé d’après Ebenezer Bryce, le premier à habiter le coin, Cedar Breaks a obtenu son nom par erreur, car les pionniers ont appele les genévriers (juniper) Cedar, alors que ça n’a rien à voir avec un cèdre comme nous les connaissons. Donc, vous redescendez par les “red-rocks” dans la vallée et remonter jusqu'à Panguitch pour quitter ensuite la route principale et aller à la découverte de Cedar Breaks. Un pauvre imbécile ignorant à osé marquer dans un guide que Cedar-Breaks était le parent pauvre de Bryce, mais à mes yeux, c’est entièrement faux. Ce parc n’a rien à envier à Bryce. Certes, l’amphithéâtre est plus petit, mais tout aussi intense et passionnant et quand-même différent de Bryce. A ma prochaine visite, je vais l’explorer à fond, car je n’ai pas encore pu le faire. Je m’y suis arrêté un bon moment, mais juste avant une tempête de neige, en descendant du Wyoming et de Yellowstone-Park. Comme Cedar Breaks est encore plus haut que Bryce Canyon et dépasse les 3000 mètres, nous avons du descendre pendant que la route était encore praticable, car elle est souvent fermé pendant des tempêtes et évidemment, en hiver. Souvent elle s’ouvre seulement de mai à octobre, s’il n’y a pas de tempêtes avant. J’y ai aussi fait un merveilleux pique-nique avec une cliente, en route pour Salt Lake City et nous avions choisi cet endroit pour une petite halte.

C’est toujours avec un pincement de cœur et à regret que je quitte Bryce et Cedar, mais avec la ferme intention, de revenir aussi vite que possible. Il y a eu une année, pendant laquelle j’ai eu la chance d’y aller dix fois, mais c’est toujours avec la même soif de découvertes et la même passion et ça continue! Quand je suis loin de mes canyons, j’ai “le mal du pays” et quand je suis loin des cactus, je l’ai aussi, donc il me faut les deux et j’ai beaucoup de chance d’avoir cette possibilité.

 

Toutes les droites appartiennent à son auteur Il a été publié sur e-Stories.org par la demande de Anna-Helena Kummerli.
Publié sur e-Stories.org sur 29.10.2018.

 

Commentaires de nos lecteurs (0)


Su opinión

Nos auteurs et e-Stories.org voudraient entendre ton avis! Mais tu dois commenter la nouvelle ou la poème et ne pas insulter nos auteurs personnellement!

Choisissez svp

Previous title Previous title

Fait cette nouvelle/poème violent la loi ou les règles de soumission d´e-Stories.org?
Svp faites-nous savoir!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Travel Stories / My Home Country" (Nouvelles)

Other works from Anna-Helena Kummerli

Did you like it?
Please have a look at:

L’HISTOIRE D’UNE PASSION - No 1 - Anna-Helena Kummerli (Travel Stories / My Home Country)
Pushing It - William Vaudrain (Général)