Jürgen Skupniewski-Fernandez

Le pentacle indien/ 4ème partie

Il était déjà plus de 15 heures quand le téléphone portable de Maurice Bertram l'a arraché à ses pensées avec des sons de sirène. Il a réagi brièvement, a retiré le téléphone portable de la table et, sans donner son nom, a dit : "Oui" !

Un officier du poste de police d'Abercrombie, à Port Louis, se trouvait à l'autre bout. Ils devaient venir le chercher pour l'interroger vers 16h30.

"Je serai à ma disposition et j'attendrai votre officier".

Maurice Bertram était un homme en forme et tranquille, avec un petit ventre ferme. Quelqu'un dont on pensait qu'il avait une bonne vue d'ensemble et qu'il était capable de très bien contrôler ses sentiments.

"Tu est un diplomate né", lui avait souvent dit Véronique.

Mais avec elle, ses émotions contrôlées avaient malheureusement complètement échoué. Ils étaient passés par là; dès leur première rencontre dans le café du Waterfront.

Ce furent de beaux moments. Il s'est levé de sa chaise en rotin, est allé dans la cuisine, a rempli un verre de glaçons et s'est servi un autre scotch. Ses pensées remontent au jour où ils se sont rencontrés.

"Hélas!", proteste Véronique, exhibant pleinement son corps séduisant. Il n'a jamais pu oublier le défi "Hélas" de Véronique.

C'est ainsi qu'elle réagissait lorsqu'ils se rencontraient le soir et parlaient de cette journée. Le "malheureusement" signifiait : malheureusement, je suis tombé désespérément amoureux de toi!

Elle l'avait habilement chassé de son esprit dans le café il y a trois ans. Ils étaient assis l'un en face de l'autre. Véronique l'avait immédiatement remarqué et l'avait observé discrètement de près. Son regard s'éloignait de ses cheveux bruns, légèrement peignés en arrière. Elle s'accrocha à ses yeux bleu-vert, continua d'errer sur son nez aristocratique et fin, vers ses lèvres fortes. Sa ligne de froncement des sourcils et les rides aux coins de sa bouche étaient pour elle comme un timbre de caractère. Elle l'a estimé à 1,80/85 mètres et à environ mi/fin de la quarantaine.

Il s'est avéré par la suite qu'il venait de fêter son quarante-sixième anniversaire. Elle ne s'est donc pas trompée dans son hypothèse.

Maurice a immédiatement remarqué son intérêt. Il avait un bon instinct et était très réceptif à ce genre de "balayage". Puis, soudain, leurs yeux se sont croisés. Véronique est désormais pleinement engagée dans la conquête et mise dès le départ sur la victoire. Elle a doucement conduit sa tasse en porcelaine blanche vers sa bouche rouge vif. Il a suivi sa petite action de ramassage avec des regards sensuels. Puis elle embrassait très lentement la porcelaine blanche pour que le rouge laisse une forte impression. Elle s'est tournée vers lui. "Etes-vous un buveur de café ?"

"Oui, beaucoup, surtout quand la tasse est si joliment peinte."

Ils ont tous les deux ri. Maurice se lève et marche vers Véronique. Elle s'est levée. Elle devait mesurer environ 1,80 m et avoir un corps bien entraîné. Il a immédiatement pensé aux arts martiaux. La robe d'été blanche, courte et moulante, semble avoir été adaptée à son corps. Et puis cette blonde sauvage ! Tous deux se sont présentés et ont commandé deux verres de vin blanc.

Maurice soupire : "Et maintenant elle est morte, assassinée dans des circonstances si mystérieuses". Il n'a pas remarqué comment le temps passait. On a frappé à la porte d'entrée. Il a regardé sa montre-bracelet. Les officiers sont venus le chercher.

 

 

 

Toutes les droites appartiennent à son auteur Il a été publié sur e-Stories.org par la demande de Jürgen Skupniewski-Fernandez.
Publié sur e-Stories.org sur 15.05.2020.

 

L´auteur

 

Livre de Jürgen Skupniewski-Fernandez:

cover

Emotionale Welten von Jürgen Skupniewski-Fernandez



In den Gedichten hat der Autor das lyrische "Ich" durch ein vorwiegendes lyrisches "Du" bzw. "Wir" ersetzt, was eine kollektive Nähe zum Geschehenen hervorruft.
Die sehr eindrücklichen Beschreibungen leben von den vielen Metaphern und Vergleichen.
Eine klare und leicht verständliche Sprache sowie wohlgeformte Reime ermöglichen dem Leser einen guten Zugang zu den Gedichten.
Etwas für Lyrik-Liebhaber und jene, die gerne über das Leben philosophieren. Eine kleine poetische Reise, die den Leser zum Verweilen und zum Nachdenken über den Sinn des Lebens einlädt.

Möchtest Du Dein eigenes Buch hier vorstellen?
Weitere Infos!

Commentaires de nos lecteurs (0)


Su opinión

Nos auteurs et e-Stories.org voudraient entendre ton avis! Mais tu dois commenter la nouvelle ou la poème et ne pas insulter nos auteurs personnellement!

Choisissez svp

Previous title Previous title

Fait cette nouvelle/poème violent la loi ou les règles de soumission d´e-Stories.org?
Svp faites-nous savoir!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Crime" (Nouvelles)

Other works from Jürgen Skupniewski-Fernandez

Did you like it?
Please have a look at:

El pentagrama Indio - 1 - Jürgen Skupniewski-Fernandez (Crime)
Pushing It - William Vaudrain (Général)