Patrice Faubert

Cerveaux engrammés, colonisés, chosifiés, militarisés

Drogues légales Drogues illégales Selon les temps Les pays, régions, moments Et depuis, fatalement, si longtemps Dans un monde qui va si mal Si les gens allaient vraiment bien Pourquoi alors se droguer, hein ? Des douleurs morales Des douleurs physiques Des médicaments opioïdes Tout un marché ne prenant pas une ride Ainsi, des USA, et ailleurs Pas besoin d'un virus pour cette terreur Car pas assez d'hôpitaux et de personnel soignant Pour rendre tout virus incompétent et pas tout immobilisant Pas assez d'hôpitaux et de personnel soignant Du service public, et du capital, au tout détruisant D'un système capitaliste qui en récolte les vents Et dont vont souffrir tant et tant de gens Donc, les médicaments opioïdes Tel un virus du mal-être, livide Des dizaines de milliers de décès Ce chaque année en édifiant fait Le métier de vivre est si dur Diverses douleurs au fur et à mesure De la drogue avec ordonnance De la drogue sans ordonnance Ou alors des jeux télévisés Du cinéma ou de la variété Et toutes sortes de drogues acceptées Comme se saouler ou prier Et quand les hommes se droguent Et quand les femmes se droguent Et quand les enfants se droguent L'état des choses se trouve renforcé L'Etat des choses se trouve conforté L'on ne peut plus s'en passer Faute de pouvoir consommer Le libre arbitre ne peut exister Du SDF au PDG, c'est facile à prouver Toute politique est une façon de vivre qui est imposée De quelque chose de cet état des choses Nous avons toutes et tous notre dose Et nous nous offrons ces roses ! Moi qui suis un puits d'ignorance Car le multivers ne me fait pas la confidence Dont j'ignore l'infernale cadence Il faut bien le dire Justement sans vouloir médire Mais, chaque être humain Et pour la plupart du temps, désarmant Avec ses expériences et son idiosyncrasie Joies, peines, espoirs, désespoirs, apprentissage et discours logique Aucune personne n'est vraiment responsable de ce qu'elle est Car c'est toute une mauvaise éducation qui la fait Les pires dictateurs Enfantant d'effroyables massacres et terreurs De toutes les saisines De toutes les rapines Monumentalisation de l'horreur Elle se monumentalise la douleur Comme en Syrie Régime politique de pure saloperie Des armes chimiques utilisées Avec principalement la Russie en complicité Via les services secrets et l'armée D'autres pays aux objectifs variés Et le peuple syrien, chassé, réfugié, maltraité, torturé, atomisé Par un tyran sanguinaire Perpétuant d'innommables crimes de guerre D'une minorité alaouite dictatoriale et réactionnaire Comme des seigneurs tortionnaires De plusieurs vraies guerres dans une fausse seule guerre ! Comme le colonialisme vert Populations africaines décroissantes Et donc très peu polluantes Chassées aussi, déplacées, pour de la réserve d'animaux sauvages Quoi qu'il fasse, le capitalisme ne fait que des ravages La guerre de la modernité avec ou sans l'ONG La modernité de la guerre avec ou sans l'ONG Avec toujours la même fin souhaitée Via des nations aux objectifs opposés Avec la menace djihadiste pour prétexter Mais le monde réel et vécu C'est seulement chez soi, bien entendu Le monde de l'économie Le monde de la tragédie Un travail de réalité Une réalité de travail Et tout est travail pour l'économie Car absolument tout la nourrit Du travail forcé et salarié Pour un salaire de misère 1100 euros nets mensuels pour une caissière Et là, c'est pour Auchan Quarante heures de travail par semaine L'exploitation outrancière est reine Surtout, donc, pour les femmes Et qui sont donc le précaire De l'esclavage salarial, les femmes très majoritaires Et avec même quelques propriétaires Parfois tout autant que locataires Quand malgré cela, la survie, en prioritaire Nos cerveaux se remplissent de tous les sons Nos cerveaux se remplissent de tous les signaux Nos cerveaux se remplissent de toutes les paroles, et des odeurs De toutes les cultures, de tout bonheur, de tout malheur Des engrammes comme des zones de guerre Comptoirs coloniaux, comptoirs commerciaux en jachère !   Patrice Faubert ( 2020 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "    
 

Toutes les droites appartiennent à son auteur Il a été publié sur e-Stories.org par la demande de Patrice Faubert.
Publié sur e-Stories.org sur 13.10.2020.

 

Commentaires de nos lecteurs (0)


Su opinión

Nos auteurs et e-Stories.org voudraient entendre ton avis! Mais tu dois commenter la nouvelle ou la poème et ne pas insulter nos auteurs personnellement!

Choisissez svp

Previous title Previous title

Fait cette nouvelle/poème violent la loi ou les règles de soumission d´e-Stories.org?
Svp faites-nous savoir!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politique & Société" (Poèmes)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

Paraphysique de la guerre - Patrice Faubert (Politique & Société)
SING NO SONG WITHOUT JOY (mit Uebersetzung) - Gabi Sicklinger (Quotitien)