Patrice Faubert

La machinerie de la perpétuation

L'on ne devrait jamais ou rarement dire JE
Mais le plus souvent, NOUS
Toutes et tous les autres qui sont en nous
Traces sociales et donc nerveuses du JE
C'est comme un échec de vol à l'étalage
De toute l'humanité, l'outrage
Car
Je suis tous les nous
Nous sommes tous les je
Et si l'être humain
Transforme la machine
La machine transforme l'être humain
Comme de transformer le castor
De sa fourrure qui valut de l'or
Et ce dès le dix-septième siècle
Mode du chapeau feutre de castor
Avec donc une disparition programmée
L'une des premières industrialisées
Le castor fut comme éradiqué
Mondialisation qui débutait
Là où l'armée échoue, l'économie le fait
Avec donc tout l'impact qui s'ensuivait
Quand déjà, tout se marchandisait
Diverses guerres qui se faisaient
Via l'Amérique du Nord
Car en Europe, presque plus aucun castor
La mode hollandaise lui fit un mauvais sort
Au niveau carnage
Il n'y a aucune cage
Rien en aparté
Rien de suranné !
Et à ce propos
Il y fait d'ailleurs toujours aussi beau
1609, au Québec
Entre diverses communautés, des prises du bec
Armées et manipulées par des colons européens
Encore la fourrure, de l'infortuné castor, commerce des faquins
Et à partir d'un objet ou d'un vêtement
Que cela soit récent ou très datant
L'on peut recontextualiser la mentalité d'un moment
Le sempiternel conditionnement
Car tout s'apprenant
Les gènes n'ont rien à voir là-dedans
Sauf pour les demeurés, sauf pour les mal-comprenants
Et de prétendus faux savants
Au tout puant, au tout dégoûtant
Du totalitarisme démocratique
Avec un zest de populisme
Avec un zest de fascisme
Le tout bien secoué en boisson capitaliste
Tant de larbins, tant de valets, exultant
Maintenant
Tout sur notre Terre ayant été, saccagé, fatalement
De plus, l'espèce inhumaine voudrait coloniser l'espace
Certes, un million d'astéroïdes dans notre proche espace
Puis, comètes, météorites, de la genèse spatiale
Débris d'origine, boule de cristal
Passé, futur, payer en épices
Et même, pour fertiliser, en pisse
Monnaie numérisée, fin des espèces !
De l'astéroïde troyen
De l'astéroïde géocroiseur
De l'astéroïde indépendant, de la planète naine
Cérès, Vesta, comme des reines
Métaux précieux, ressources minières
De futures exploitations commerciales
De l'implacable talon de fer du capital
De tout l'Eldorado sidéral
Des astéroïdes, du métallique, du ferreux, du carboné
Des astéroïdes pour l'eau
Des comètes pour la matière organique
Futures nouvelles pollutions
Futures nouvelles destructions
Le système s'exportant dans de futures colonies spatiales
Comme le Luxembourg, déjà s'y préparant, paradoxalement
Concluant
La révolution bourgeoise de 1789 et plus tard
Cela ne put empêcher l'apparition d'autres salopards
L'on a pas du couper les bonnes têtes
Sinon, l'on en serait pas là, c'est bête
Avec tout un indécent gueulard
Inégalités de toutes sortes
Injustices de toutes sortes
Et autres monstruosités de toutes sortes
Police, armée, célébrités, notoriétés
Pour en garder les portes
De plus, toutes les serrures y sont faussées
Tout un monde pour ne rien changer
Et à la télévision, et à la radio, et dans les journaux
C'est du faux dire, c'est du parler faux
Car il s'agit d'entretenir
Toute une machinerie
Qui ainsi jamais ne finit
Nouveaux habits du faux
Nouveaux amis du faux !
 
Patrice Faubert ( 2020 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ ) Pat dit l'invité sur " hiway index "
 
 
 
 

Toutes les droites appartiennent à son auteur Il a été publié sur e-Stories.org par la demande de Patrice Faubert.
Publié sur e-Stories.org sur 03.11.2020.

 

Commentaires de nos lecteurs (0)


Su opinión

Nos auteurs et e-Stories.org voudraient entendre ton avis! Mais tu dois commenter la nouvelle ou la poème et ne pas insulter nos auteurs personnellement!

Choisissez svp

Previous title Previous title

Fait cette nouvelle/poème violent la loi ou les règles de soumission d´e-Stories.org?
Svp faites-nous savoir!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Politique & Société" (Poèmes)

Other works from Patrice Faubert

Did you like it?
Please have a look at:

Si l'homme était menstrué - Patrice Faubert (Humour)
SING NO SONG WITHOUT JOY (mit Uebersetzung) - Gabi Sicklinger (Quotitien)