Patrice Faubert

Paraphysique de l'inertie gesticulative

Tout, très vite, s'oubliant
Ainsi du cinéma parlant
De feu ( 1886  - 1942) Bernard Natan
Du cinéma français, il fut l'hardcore
Il y mit tout son talent en son corps
Mais les véritables pionniers
Sont avec le temps, vite oubliés
Ainsi
De l'écologie sociale anarchiste
De feu ( 1830 - 1905) Elisée Reclus, encyclopédiste
Avec toute une base d'équité
Vade-mecum impénitent
Véritable diagnose de fraternité
Quand toute bourgeoisie éclairée
Sait, si bien, déformer
Pour mieux, ce qui l'arrange, le récupérer
Quand toujours
Les classes sociales sont là, pour déterminer
Et parmi les 85 pays les plus développés
France et Belgique
Top 5, des pays où les résultats scolaires
Sont de par l'origine sociale, quoi que l'on puisse en dire !
Aucun vrai hasard
Dans toute destinée
Aucune vraie chance
Aucune vraie malchance
Dans toute vie
Et qu'elle que soit sa danse
Tout, est tracé dès la naissance
En version originale
En version sous-titrée
Du dit normal ou du dit anormal
Tout y est sans aucune liberté
Certes
L'on peut parfois y dérailler
Et parti de rien
Pour arriver à rien
Pour les pauvres
Et parti de tout
Pour arriver à tout
Pour les riches
Mais ce tout ne vaut rien
Du rien du tout, bien vain
Certes
Belles voitures, belles maisons, belles femmes
Mais très chèrement acquis, c'est du facturé dans l'infâme
Contre tout cela, du black bloc au lance-flammes !
Et je puis me permettre en crame
Car, j'ai, dans ma vie, tracté, bombé
Manifesté, protesté, fait grève en zélé
Ce monde est une poubelle
Aucune vie ne peut, y être belle
Ici-bas
Mais même en haut, sorte de Nemo
Comme un cimetière de débris spatiaux
De l'écouvillon lexicographique
Où tout est de la faute d'orthographe
Aucune altitude en photographe
Même la ligne de Karman
80 ou 100 kilomètres de haut
Et si c'est comme les hiérarchies
Plus c'est con et plus c'est haut
Même les souvenirs de nos vies
Moi, les plus savoureux
Moi, les plus onctueux
C'est du nichon, c'est de la vulve
Y'a que ça de vrai, le nez en étuve
Avec maintenant plus encore de séparation
Qu'entre certaines frontières
Des murs en béton bien réactionnaires
Le capital, de tout, fait son gâteau
Et de l'émigration mortelle, des radeaux
Toujours l'Afrique coloniale
Que se partagent les puissances occidentales !
Simplement
Des pays y remplacent d'autres pays
Ni Belgique, Angleterre, France
Portugal, Espagne, Hollande
Mais Russie, Chine, d'autres aussi
Aucune manifestation n'affaiblit le capital
N'a fait, ne fait, ne fera trembler le capital
Car toute élection est là, pour le renforcer
Tous les partis, la plupart des syndicats et des organisations
Sont là, pour cela, tout cela est le capital
Au pire, le capital l'ajustera et s'y adaptera
Ce qui à long terme, le renforcera
Avec toute guerre comme source de commerce
Et après, l'on peut toujours aller à la messe
Tout le draguant, comme le fond des mers
Draguer, ce terme maritime
Devenu interdit au plan intime
Tik Tok, des latrines numériques
Plus de cinquante pour cent, jeunes Allemandes et Allemands
14 à 19 ans, 90 minutes, par jour, y passant
Toute une préemption en collusion
Aucune marrade possible, dans cette collision
Tout s'y rapportant en mondialisation
Des multinationales de l'infestation
Une balle, une rafale, du lance-flammes
Sinon, du capital, tout ou presque, rallume sa flamme !
 
Patrice Faubert ( 2024 ) puète, peuète, pouète, paraphysicien ( http://patrice.faubert.over-blog.com/ )

Toutes les droites appartiennent à son auteur Il a été publié sur e-Stories.org par la demande de Patrice Faubert.
Publié sur e-Stories.org sur 01.07.2024.

 
 

Commentaires de nos lecteurs (0)


Su opinión

Nos auteurs et e-Stories.org voudraient entendre ton avis! Mais tu dois commenter la nouvelle ou la poème et ne pas insulter nos auteurs personnellement!

Choisissez svp

Contribution antérieure Prochain article

Plus dans cette catégorie "Politique & Société" (Poèmes en français)

Other works from Patrice Faubert

Cet article t'a plu ? Alors regarde aussi les suivants :

De la matrilinéarité matriarcalisée - Patrice Faubert (Politique & Société)
Apocalypse now - Heino Suess (Soucis)