Meike Schrut

Lignes à moi au 45ème anniversaire

N'importe quand des jours fériés cessaient.
A un temps, comme déjà
plus de 1000 rêves
enlève
Du temps d'enfant
Avaient passé.
Je devrais faire combien
Pour faire être vrai maintenant des rêves ?
A ce temps
Où la nostalgie meurt trop facilement,
Où le mot Amour devient la farce
Seulement la fidélité encore compte.
Plus froidement le vent souffle,
On sent à peine aussi une légère brise chaude
Parce que l'âme gèle.
Je nourris et soigne ma nouvelle humeur
Enfuis-toi sans cesse
Devant moi-même
Pour revenir
Dans les bras de mon aimé "doux".
DOUCEMENT.
Doucement je t'aurais volontiers.
Mais comme tu es
Si tu es bon pour moi - seulement pour moi -
L'autre était trop incalculable
Trop énigmatique pour moi,
J'aurais seulement la peur le perdre.
Cependant nous ressemblons à l'un l'autre
Distribuent
Ne nous offrent rien (dans le bon comme dans le méchant!)
Si je suis avec toi
Si je me sens sûr
Et mon âme ne commence pas à geler.
Chez l'autre, je serais continuellement dans le doute
Je n'ai pas besoin de cela...

 

 

Toutes les droites appartiennent à son auteur Il a été publié sur e-Stories.org par la demande de Meike Schrut.
Publié sur e-Stories.org sur 06.10.2009.

 

Commentaires de nos lecteurs (0)


Su opinión

Nos auteurs et e-Stories.org voudraient entendre ton avis! Mais tu dois commenter la nouvelle ou la poème et ne pas insulter nos auteurs personnellement!

Choisissez svp

Previous title Previous title

Fait cette nouvelle/poème violent la loi ou les règles de soumission d´e-Stories.org?
Svp faites-nous savoir!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Émotions" (Poèmes)

Other works from Meike Schrut

Did you like it?
Please have a look at:

Monde de rêve - Meike Schrut (Fantasie)
Rainy Day - Inge Offermann (Émotions)
A little rain of Irish blessings - Jürgen Wagner (Anniversaire)