Meike Schrut

Sens seulement apparemment embrouillé

Le faites dire moi comme ça :
L'eau dans laquelle vous plongez
S'efforce d'être clair et rendre malléable
L'air que vous respirez
Veux seulement cela l'un : être pleinement la douceur
La nourriture que vous préférez se sent rendu honneur par vos mains
Bien que vous devez boire - comme cela normalement des mortels doivent
On ne veut pas espérer que trop chaudement ou trop froidement il serait.
Si moi tout ne trompe pas,
Si on peut douter et penser :“ Pourquoi cet effort, la prudence aussi ?“
Mais entend :
„Si on voyait à un visage plus plein de charme
Gestes plus plein de grâce
Décrire à peine la mimique et forme, esprit ?
Même les mots qu'il parle
Veulent plaisent de lui-même
Ses mélodies fredonnées
Veulent se composer sur éternellement.
Beauté éternelle ?
Non, bien, non
Mais toujours il reste le même homme
VOTRE couleur indéterminée d'yeux - ainsi je croyais
Avec cela le BLEU, comme le ciel n'est pas
Bouche on à beaucoup de moments absurdes, gaspillés
voyait seulement douloureux.
Et vos mains
semblent pas être de ce monde.
Beaucoup plus que l'on ne risque pas décrire
Puisque l'on sonnerait grossièrement et trop brutalement.
Les mots qui s'inventent chaque jour à neuf apparemment même
Les regards que l'on souhaite autrement.
Tout qui fait la propre vie : non-articulation ?
On aime des amours à VOUS et en même temps détestent.
Les mots qui ne doivent jamais vous atteindre
Là déjà le regard moqueur
à eux l'arrêt commanderait.
Si devant VOUS rien n'avait la réserve
Le poète ne pourrait pas composer
Un écrivailleur n'aurait pas besoin de lui-même tourmentent.
Laissez aux mots son sens
Et si des jours passent aussi
Nostalgie et surprise
Si j'espère
Pourtant, disparaîtront un jour
Aujourd'hui ?
Toujours il reste comme à neuf
A beaucoup trop de moments
La considération déjà le vu

 

Remarque : naturellement ces lignes sont une exagération et ainsi j'espère pressant à qui, à celui-ci ces lignes sont consacrées, elle ne peut jamais convenir au visage. Etait très gênant à moi, mais : n'exagère-on pas dans l'enthousiasme et dans l'amour continuellement autour de très clair faire devenir, comment, est-ce que, droit cette personne est importante ? 

 

Toutes les droites appartiennent à son auteur Il a été publié sur e-Stories.org par la demande de Meike Schrut.
Publié sur e-Stories.org sur 26.01.2010.

 

Commentaires de nos lecteurs (0)


Su opinión

Nos auteurs et e-Stories.org voudraient entendre ton avis! Mais tu dois commenter la nouvelle ou la poème et ne pas insulter nos auteurs personnellement!

Choisissez svp

Previous title Previous title

Fait cette nouvelle/poème violent la loi ou les règles de soumission d´e-Stories.org?
Svp faites-nous savoir!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Émotions" (Poèmes)

Other works from Meike Schrut

Did you like it?
Please have a look at:

Old person 1. - Meike Schrut (Émotions)
Pour une fille - Rainer Tiemann (Émotions)
Good bye - Jutta Knubel (Émotions)