Marine Caz

Plusieurs sens avant que je n´y pense...

Dans cette étendue plane,
Sans personne et verte.
Entre mes mains repose mon crâne,
Mes pensées me désertent.

J'ouvre mes yeux,
Et devant moi le paysage danse.
L'herbe est bleu,
Et dans mon esprit pieux,
Plus rien n'a de sens.

 
Je cherchais a m'évader,
De ce monde qui hurle au désespoir.
Finalement rien a changé,
Je ne veux plus y croire.

Recroquevillé et seule,
Je repense a toi.
Si l'on ne t'avais pas recouvert d'un linceul,
Est ce que,maintenant, je serais la?

Les effets s'estompent,
Au fil de nombreuses heures.
Mais que personnes ne se trompe,
Tu réside dans mon coeur.


 

Toutes les droites appartiennent à son auteur Il a été publié sur e-Stories.org par la demande de Marine Caz.
Publié sur e-Stories.org sur 15.10.2011.

 

Commentaires de nos lecteurs (0)


Su opinión

Nos auteurs et e-Stories.org voudraient entendre ton avis! Mais tu dois commenter la nouvelle ou la poème et ne pas insulter nos auteurs personnellement!

Choisissez svp

Previous title Previous title

Fait cette nouvelle/poème violent la loi ou les règles de soumission d´e-Stories.org?
Svp faites-nous savoir!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"La Vie" (Poèmes)

Other works from Marine Caz

Did you like it?
Please have a look at:

Die Stadt an drei Flüssen - Paul Rudolf Uhl (La Vie)
Birds of Paradise - Inge Offermann (Général)