Said Chourar

Pauvre montre amazighe!


 

Elle est là  face à la préfecture
Trônant comme une vile ordure
A regarder ses bons enfants passer
 
La montre amazighe toute brisée
Fait de nous, ses fils, la belle risé
Et notre histoire est bien menacée
 
Tous les défenseurs de  nos valeurs
Ont  perdu de leur grand honneur
Comptant leurs fortunes amassées
 
Cette montre du grand boulevard
Qui attriste gravement nos regards
Nous interpelle sur notre passé
 
Elle se montre là toute misérable
Elle demeure bien notre semblable
Et  ses aiguilles de tourner ont  cessé
 
La montre amazighe nous interpelle
C’est notre symbole si bien éternel
Qui, de nos têtes, est  vite chassé

                                                                                                                                                     
    Chourar  Saïd

 

Toutes les droites appartiennent à son auteur Il a été publié sur e-Stories.org par la demande de Said Chourar.
Publié sur e-Stories.org sur 28.10.2011.

 

Commentaires de nos lecteurs (0)


Su opinión

Nos auteurs et e-Stories.org voudraient entendre ton avis! Mais tu dois commenter la nouvelle ou la poème et ne pas insulter nos auteurs personnellement!

Choisissez svp

Previous title Previous title

Fait cette nouvelle/poème violent la loi ou les règles de soumission d´e-Stories.org?
Svp faites-nous savoir!

Author: Changes could be made in our members-area!

More from category"Émotions" (Poèmes)

Other works from Said Chourar

Did you like it?
Please have a look at:

Acrostiche pour Halla - Said Chourar (Amour et Romantisme)
that life is such a maze ... - Inge Hoppe-Grabinger (Émotions)
Fin d´Octobre à Avignon - Rainer Tiemann (Solitude)